bandeau actualite

Blog, médias vidéos et actualités Neo Sphere

Nettoyons le Faron, édition 2019

Balade éco-citoyenne : Nettoyons le Faron, édition 2019.

Rejoigner l'évènement éco-citoyen créé par Neo Sphere pour les toulonnais !

Dimanche 19 Mai à 10h30.

Inscriptions ici.

NEO SPHERE vous invite à rejoindre son initiative : " Balade éco-citoyenne au Faron ", en partenariat avec la Mairie de Toulon, l'association Initiatives Océanes & le téléphérique de Toulon.

Tarifs réduits au téléphérique pour les participants.

faron2019

Université d'Hiver de la Formation Professionnelle : le grand vide.

Quand on est un organisme de formation et que l'on a participé cette année à l’événement informatif de l'année à Biarritz, il y a deux possibilités à l'issue : vous êtes fier de faire le constat que vous saviez déjà tout de la réforme, ainsi auto-satisfait de la veille professionnelle que vous menez. vous avez appris plein de choses, que vous étiez venu chercher, mais cela n'est guère flatteur quant à votre professionnalisme. Ainsi qu'il me l'a été demandé à plusieurs reprises, et pour tout ceux qui n'y étaient pas (pour plein de raisons, les premières étant le coût ainsi que le lieu inapproprié au plus grand nombre), voici une petite synthèse rapide.

Commençons par les points positifs : l'organisation est léchée, les lieux somptueux (ah, la vue sur les surfeurs, on se croirait en vacances, non ?), les pauses gourmandes (boissons chaudes, froides, du sucré, du salé, petits-fours, champagne...-on en a pour notre argent-, on reçoit des cadeaux (sac à dos, stylos, bloc-notes et autre guide du routard de l'alternance, etc...) et les intervenants ont fait des efforts vestimentaires louables.

Parlons maintenant du contenu : Le premier jour, forcément dans le grand théâtre de la Gare du Midi, une table ronde a permis le développement des points clés de la réforme, abordant ainsi de manière assez globale les différentes modalités, dispositifs et acteurs : le CPF et son application, les OPCO, le CPF de transition, les CFA, le PRO-A, le Plan de Développement des Compétences, les CEP, la Caisse des dépôts... la réforme quoi.

Ensuite, les choses ont vraiment débuté le second jour, sur les différents ateliers. Ainsi, le matin, de nombreuses tables rondes ont abordé de manière assez globale : le CPF et son application, les OPCO, le CPF de transition, les CFA, le PRO-A, le Plan de développement des compétences, les CEP, la Caisse des dépôts... L'après-midi du second jour, de nombreuses tables rondes ont abordé de manière assez globale : le CPF et son application, les OPCO, le CPF de transition, les CFA, le PRO-A, le Plan de développement des compétences, les CEP, la Caisse des dépôts...

Quant au dernier jour, juste avant le champagne collectif, nous avons eu droit à une synthèse, reprenant le CPF et son application, les OPCO, le CPF de transition, les CFA, le PRO-A, le Plan de développement des compétences, les CEP, la Caisse des dépôts...

Alors, j'imagine que certains ont noté des récurrences sur le contenu et pensent que c'est là que le bât blesse. Erreur, le problème, c'est le : "de manière globale". Ces trois jours n'ont été que répétitions, par des représentants politiques, partenaires sociaux et acteurs institutionnels bien choisis. Vous voulez un résumé ? "Il faut parler compétences, il faut de l'accompagnement, des compétences et de l'accompagnement, oui, il en faut, c'est important ! (et vous ai-je parlé des compétences et de l'accompagnement ? il en faut, oui).

Pour conclure, je m'adresse donc aux formatrices, formateurs et aux organismes de formation qui n'étaient pas présents : vous n'avez rien raté, sauf à ne pas faire votre métier convenablement. Rien sur la mise en oeuvre concrète. Cet événement ne s'adresse pas à vous ! Il s'agit d'un rassemblement de responsables RH de grands groupes et d'institutionnels de tous bords : l'État, les Régions, Pôle Emploi, syndicats, patronat, caisse des dépôts, OPCA, futurs CPIR... etc.

Les seuls OF qui ont été invités à s'exprimer sur leur vision représentaient très bien les OF de France : Openclasssrooms et une association (BGE) aidant les individuels à créer leur propre entreprise !! C'est leur vision des OF et c'est assez vexant je dois avouer...

En clôture, on nous encourage, en attendant certainement du concret qui va arriver, c'est sûr, à "continuer nos échanges de bonnes pratiques" et réfléchir à notre innovation pédagogique (vous savez, celle que nous proposons depuis plusieurs années et sur laquelle on nous disait "Non ! ça on ne finance pas !" et ben maintenant on nous dit : "si vous ne le faites pas, on ne financera pas ! "

Pour finir sur une note positive, au-delà du menu du restaurant La Goulue que je vous recommande, je dirai que cet événement a le mérite de faire cogiter de manière continue pendant trois jours sur les dispositifs et la place de notre offre à travers ceux-ci. Et tout de même, ce n'est pas rien au final.

"Merci pour ce moment".

Acte 2 : y’a pas de mal à se faire du bien

Pour continuer (je m’enfonce) dans l’observation facile LinkedIn, on voit aujourd’hui de nombreux indépendants se passionner pour les réseaux pros, notamment par le biais de réflexions poussées avec pour titre : « vous voulez développer votre activité grâce au réseau ? nous vous donnons rendez-vous au super brunch social sur la plage pour en parler autour d’un thé à la menthe… (on fera des jeux de rôles) ».

Ces systèmes relèvent de l’autosatisfaction, pas de la recherche d’efficacité. Ces modèles n’ont jamais apporté quoi que ce soit sur le moyen/long terme, sinon de l’auto-satisfaction, quasi artistique, et malheureusement certains en vivent… au détriment de ceux qui croient en eux.

La recrudescence actuelle des forums de type Social Selling où tout le monde se gargarise de discours vu et revus n'est guère flatteuse pour ceux qui ont l'impression de découvrir le Graal…

Et les gourous, beaux-parleurs sur l'estrade, savent profiter de la naïveté pour faire leur business et se sentir utiles, ce qu'ils sont rarement pour le public néophyte présent.

Privilégiez votre connaissance (personnelle et adaptée à votre activité) du SEO, de l’Analytics, de la récurrence des posts, de la variation des flux, et des procédés de travail en contact réel avant ceux virtuels (comme on dit, on a beau avoir 730 amis sur Facebook, le jour on fait un déménagement, y’a personne…).

L'auto-satisfaction n'est pas toujours synonyme d'efficacité. Il y a une vraie vie PRO à côté de celle des réseaux sociaux, y compris ceux qui s’orientent professionnels…

La boucle perverse… qui se mord la queue.

On est en droit de se poser la question, dans la relation B2B sur les réseaux sociaux professionnels, de la perception (parfois consciente, attention !) qu'ont les autres de nos messages et de leur récurrence.

En effet, nos chers spécialistes du social network, dont selling, et autres analystes appliqués nous ont précisé la récurrence à respecter pour rendre nos interventions pertinentes sur la toile, à défaut de quoi cela pourrait engendrer l’effet inverse !

Rappelons-le par un exemple rencontré chaque jour sur LinkedIn : quel est le message envoyé par une très petite entreprise, ou un indépendant, qui poste des messages à longueur de journée (donc plusieurs fois par jour) pour trouver des clients et faire parler de lui/d’elle ?

En gros : le message est : je n’ai pas de clients, donc je prends le temps (car je l’ai) d’en chercher du matin au soir. Ce qui semble logique.

Mais par rebond, le message reçu par les éventuelles cibles est, peut-être : cette boite, ou cette personne, n’a pas de clients, pour pouvoir à ce point se balader surs les réseaux sociaux de nombreuses heures par jour et en chercher… « Sauf que, si elle n’a pas de boulot, c’est qu’il y’a sûrement une raison… » Oh le vilain raccourci… Vraiment ? Une entreprise préfère-t-elle s’adresser à un prestataire qui pratique au quotidien ou a un prestataire qui ne pratique pas ? À chacun sa vision…ou plutôt sa réflexion.

Peut-on faire ce raccourci odieux ? ou alors, peut-on (re)préciser le nombre de messages à ne pas dépasser pour rester crédible professionnellement ? 1 post par semaine est-il une bonne option ? plus, moins… ?

Chacun est en droit d’en penser ce qu’il veut, mais il serait judicieux de s’intéresser à la récurrence efficace de nos posts sur les réseaux sociaux (différents d’ailleurs pour chacun d’entre eux), selon les objectifs que l’on vise.

Car obtenir des like, amis, contacts ou suiveurs n’est pas le même objectif qu’obtenir un marché ou du boulot… …et les procédés diffèrent.

Cela s’apprend, et cela sert.