bandeau actualite

Blog, médias vidéos et actualités Neo Sphere

Par Marc TATILLON, notre Coach...

formation entretien recrutement

L’équation paraît pourtant simple : une entreprise embauche un jeune (ou un moins jeune), pour lui permettre de se former tout en étant rémunéré... c’est beau, sauf que ...

Les avantages pour l’entreprise sont bien minces : soit elle verse à son alternant un salaire minoré en dessous du SMIC si le jeune a moins de 26 ans, soit elle touche une prime Pôle Emploi de 2.000 à 4.000 € si le vieux (ou la vieille) a dépassé l’âge canonique de 26 ou 45 ans. Mais point d’allégement de charge sociales en vue, point de cadeau, sauf des broutilles fiscales et une prime au tutorat distribuée au compte-gouttes. Il n’y a pas de quoi sabrer le champagne chez le chef d’entreprise attentif.

Pire ... des Organismes de Formation et des CFA (Centre de Formation d’Apprentis), violemment malmenés par la « Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel » choisissent obstinément de ne pas crever et tentent de survivre en attirant des alternants dans leurs salles de formations. Accessoirement ils le font avec de rutilants programmes pédagogiques mais le plus souvent, ils mettent en avant des promesses d’embauches. Mais de l’embauche il n’y en a souvent point, car nous l’avons dit : l’entreprise est avaricieuse en recrutements d’alternants.

Résumons la situation avec trois cris lancinants maintes fois entendus sur les salons de l’emploi et souvent relayés par les parents désespérés :

« Quand j’ai signé, l’Organisme de Formation m’a juré avoir des postes à pourvoir en entreprises, et puis ... rien. Des mensonges ! Ça fait des mois que je cherche et pendant ce temps, je ne suis pas payé ».

« Le CFA m’avait rassuré : nous avons des listes de demandes d’entreprises. Oui, mais sur leur liste, il y a 5 postes à pourvoir pour 400 élèves ».

« J’ai été "admise" à l’université ... je suis très contente mais maintenant, il faut que je trouve une entreprise ». Pov petite, c’est beau la fraîcheur !

Notons aussi cet employeur, consommateur d’alternants par vague de CDD de 12 mois qui ne déboucheront jamais sur aucun CDI. Personne n'est dupe. On fera alors bosser le plus possible dans l’entreprise le sus-recruté alternant, qui alternera de moins en moins. Tant pis pour la formation, on s’arrangera. A la guerre, on appelait ça de la chair à canon.

Alors, courage petit bonhomme alternant ! Tu n’as que 16 ans mais te voilà parti tout seul, droit dans tes Nike, pour rencontrer de grands patrons et te trouver ton job ...

Et les grands qui font ça n’ont pas honte ?